Venez nous rencontrer...

Venez nous rencontrer...
Le 2 et 3 décembre au Docks du Sud

Du sauvetage à la retraite: aider les ours qui ont souffert à vieillir avec dignité


Comme les ours sauvés vieillissent, ils ont besoin de davantage de soins – nous vous présentons l’héroïne qui a consacré 10 ans à les aider à le faire de belle manière. Ayant accueilli ses premiers ours en 2000, bon nombre des 98 «résidents» du sanctuaire d’Animals Asia à Chengdu ne sont plus jeunes. On peut s'attendre à ce que les ours vivent à environ 30 dans la nature, mais pour les survivants de la bile c’est souvent beaucoup moins. Ceux qui sont arrivés en tant qu'adultes et ont joui de plus de 15 ans avec Animals Asia sont maintenant dans l'âge moyen, alors que d'autres sont à la fin de leur vie.
La majorité d’entre eux est arrivée brisée par des conditions de vie cruelles et l'extraction brutale de la bile. Ces ours ayant souffert longtemps ont besoin de soins intensifs pour gérer leurs corps malades.
En tant que directeur de l'équipe vétérinaire de Chine, Nic Field a consacré les dix dernières années de sa vie professionnelle à Chengdu à s’occuper et soigner des ours rescapés qui se trouvent dans cette situation.

Nic Field explique comment la vie au sanctuaire a changé au cours de la dernière décennie, comme les ours ont vieilli, et comme le personnel et le centre ont dû s'adapter au changement des besoins.

"Au cours des 10 dernières années, nous avons dû être constamment prêts à nous adapter aux besoins des ours. Comme le temps a passé, un nombre croissant d'entre eux souffrent de problèmes aux articulations, aux yeux et aux dents - les conséquences habituelles de la vieillesse. Pour nos ours âgés, nous devons constamment fournir des soins vétérinaires et surveiller leurs conditions ainsi qu’évoluer pour maintenir leur bien-être. Il a un impact sur les ressources car la fabrication entière d'un enclos doit souvent être adaptée aux besoins des ours. Les problèmes de mobilité associés à l'arthrite sont un excellent exemple. 
Tout d'abord, nous nous efforçons de minimiser les problèmes communs grâce à la surveillance de leur poids et nous encourageons les exercices. Cela est possible en offrant aux ours l’opportunité de chercher leur nourriture, de grimper et de faire toutes les choses que les ours doivent faire en plus de leur fournir une alimentation équilibrée.
"Cependant, quand les ours arrivent physiquement brisés - comme c’est le cas pour ceux des fermes à bile - nous devons prendre d'autres mesures. Ces ours nécessitent des médicaments antalgiques et anti-inflammatoires, des contrôles réguliers impliquant les rayons X et des examens physiques, et une observation constante pour vérifier les changements de leur mobilité, le comportement et l'activité qui pourraient nous indiquer la progression de leur état.
Les ours sont surveillés tous les jours pour voir s’il y a des signes de maladie, de vieillissement ou des problèmes de souffrance. Si c'est l'âge, il peut être temps d'ajuster leur environnement et les installations.


Nic ajoute:
«Lorsque leur mobilité est compromise au-delà d'un certain degré alors - tout comme avec les humains plus âgés - nous devons modifier l'environnement pour les aider à maintenir leur indépendance. Certains de nos plus vieux ours sont dans des zones spécialement conçues avec des paniers et des lits inférieurs, des rampes entre l'entrepôt et l'enceinte, un plancher antidérapant et des secteurs de vie plus petits. La vie bruyante des communautés d'ours signifie également que les ours les plus faibles sont logés ensemble dans une enceinte distincte que nous appelons une« zone de soins spéciaux ».
Il s'agit essentiellement d'une maison de retraite où ils ont un ou deux compagnons d'un âge similaire et n'ont pas à rivaliser pour la nourriture ou à repousser les jeunes compagnons de jeu.
Quand on s’occupe des ours à la fin de leur existence, la qualité de vie est une question constante pour nous. Nous travaillons étroitement en équipe - personnel vétérinaire, encadrants des ours et soigneurs - pour évaluer tous les aspects de la qualité de vie d'un individu. Nous devons prendre en compte, non seulement ce qui est normal pour l'espèce, mais normal pour cet individu. Examens des dossiers, observations visuelles et évaluations qui nous permettent de contrôler leur douleur et leur fournir tout ce dont ils ont besoin et qu'ils méritent. Ces animaux ont été sauvés de la douleur et de la souffrance, nous n'avons aucune intention de les faire souffrir davantage.

L'équipe connaît des alternances d’émotions. De l'accueil des ours au sanctuaire jusqu’à ce qui peut être un adieu dévastateur.

Nic conclut:

«Ce travail comprend vraiment toute la gamme des émotions. J'ai vu des ours sauvés et réhabilités dans des communautés d'ours affectueux. J'ai vu des ours développer des amitiés - et parfois même avoir des ennemis - car ils sont tous des individus et tout le monde ne s’entend pas toujours.
Il n'y a pas de meilleure satisfaction dans notre travail que de voir un ours ayant longtemps souffert profiter enfin de sa vie au soleil. Mais il y a tellement de jours ensoleillés pour chaque ours. Comme j’ai fini mon travail ici, j'ai dû dire au revoir à des ours que j'ai vraiment aimé, mais je le fais sachant que toute l'équipe a fait tout son possible pour leur donner la qualité de vie qu'ils méritent et cela le plus longtemps possible . "
Le sanctuaire de Chengdu en Chine a actuellement sept ours dans la zone de soins spéciaux. Parmi les 98 ours du centre, plus de 20 sont considérés comme des ours âgés, bien que la définition de la vieillesse soit difficile car l'âge exact des ours n'est pas connu.