vendredi 10 février 2017

La lettre bouleversante de l’adieu à une ourse sauvée qui est morte trop tôt


Elle lui a tout donné mais Shanti est morte avant que sa soigneuse Kelly puisse regarder cette ourse Lune sauvée d’une ferme à bile profiter du soleil.
Rescapée de la baie d'Halong au Vietnam en juin 2015, il est apparu immédiatement que Shanti avait horriblement souffert.

Durant plus de 18 mois, ses soigneurs ont travaillé sans relâche pour gagner sa confiance et l'encourager à embrasser la vie à nouveau, mais finalement ils ne pouvaient pas redonner à Shanti ce qui lui avait été enlevé et elle n'était pas mentalement prête à vivre dans les immenses espaces extérieurs.
En janvier 2017, Shanti a commencé à souffrir de paralysie et de spasmes aux pattes arrière. Elle a refusé de manger, laissant peu de choix à ses soigneurs, sinon de mettre fin humainement à sa souffrance. Elle a été enterrée au sanctuaire de Tam Dao au Vietnam.
La responsable des ours, Kelly Donithan, a été durement frappée par cette perte. Sa lettre déchirante, décrivant sa relation avec Shanti et les sentiments de perte à sa mort mérite d’être communiquée à un public plus large.
Voici ce que cette lettre comprend :


«Alors que je me suis assise près de sa tombe ce matin, je lui ai demandé pardon de n’avoir pas su mieux comprendre ses besoins et ses désirs. Je me suis répandue en excuses pour la cruauté que mon espèce lui a fait subir, et qui a créé tant de défis dans sa vie, même après avoir été délivrée et aimée si fortement. J'ai fermé les yeux et je l'ai vue dehors dans l'herbe, quelque chose que j’ai imaginé depuis des mois, mais que je ne verrai jamais.
"Repose en paix Shanti . Que ton nouveau monde soit sans douleur, plein de soleil et de fleurs de pommiers. Merci pour le temps que tu nous as accordé. Je t'aimerai toujours.

Vous pouvez lire la lettre au complet ici :
"Quand j'ai reçu le message la semaine dernière disant que Shanti n’allait pas bien, mon cœur s’est serré. J’étais inquiète, perdue, étonné, déroutée et absolument amoureuse de cette ourse durant l’année et demi passée avec elle.

D'abord, j’ai gagné sa confiance et établi une relation avec elle. Rien n'était facile pour Shanti et les progrès sont venus petit à petit comme la première fois où j’ai pu lui donner une cuillerée de lait condensé sur une cuillère de taille normale par opposition au stratagème rétractable qui avait été nécessaire pour l'atteindre pendant les semaines où elle a refusé de quitter le fond de sa tanière.
Lentement, Shanti a fait des progrès et nous avons développé une amitié qui s'est exprimée en clins d'œil subtils, en confiture de fraise et en soupirs de détente.
Puis il y avait les problèmes d’appétit. Shanti ne mangeait pas de nourriture d'ourse «normale». Elle refusait complètement les pommes et s'assurait que j'étais bien consciente de son dégoût par de hauts cris de mécontentement.
Je me suis creusée la tête pour trouver des saveurs et des consistances qu'elle accepterait. Aliments pour bébés, céréales de riz, légumes cuits, fruits hachés, assaisonnés de sirop de chocolat ou de yogourt, de confiture……….. Mais tout régime accepté ne durait pas plus de quelques jours ou quelques semaines et se soldait par un brusque refus de Shanti.

Avec l'équipe vétérinaire, nous avons cherché des raisons médicales physiques pour ce manque inhabituel d'appétit. Il y a eu des périodes d'attente et d'observation pour éviter de faire constamment de nombreux changements dans la vie de Shanti, mais les mêmes questions revenaient «pourquoi» et «que faire ensuite?

Alors que Shanti renforçait sa confiance en la vie et répondait beaucoup mieux à ses soigneurs, elle était encore un ours qui exigeait plus de douceur, plus de temps et plus de patience pour établir la confiance.
Nous avons commencé à considérer que son anxiété chronique jouait peut être un rôle dans son appétit instable Après beaucoup de discussion, on a décidé de donner à Shanti des antidépresseurs espérant ainsi résoudre toutes les complications de santé mentale.
Au début, il nous a semblé que c’était un pas dans la bonne direction. Son appétit a augmenté et pour la première fois, nous avons pu lui faire manger tous les aliments de base d'un régime d'ours, avec un peu plus de créativité. Son activité semblait s'élever et travailler avec elle dans la maison des ours était devenu un processus plus facile. J'avais appris à tempérer mes attentes avec Shanti, et alors que j'étais contente de la voir progresser, avec le reste de l’équipe, j’ai gardé un œil attentif .Malheureusement, les vieilles habitudes sont revenues : repas sautés, moindre consommation, et finalement un refus renouvelé de manger.

Alors que je me suis assise près de sa tombe ce matin, je lui ai demandé pardon de n’avoir pas su mieux comprendre ses besoins et ses désirs. Je me suis répandue en excuses pour la cruauté que mon espèce lui a fait subir, et qui a créé tant de défis dans sa vie, même après avoir été délivrée et aimée si fortement. J'ai fermé les yeux et je l'ai vue dehors dans l'herbe, quelque chose que j’ai imaginé depuis des mois, mais que je ne verrai jamais.
En tant que responsable des ours, Shanti m'a appris la patience, la détermination et, surtout, à ne jamais ignorer l'importance de l'individualité. Shanti était aussi spéciale et unique. Ses défis, ses triomphes, ses joies, ses peurs et, bien sûr, ses goûts ne ressemblaient à aucun autre.

Personnellement, travailler avec Shanti à travers ses épreuves m'a donné le courage de faire face à certains de mes propres démons. Je ne peux pas penser que je lui ai rendu tout ce qu'elle m'a donné. Pourtant, je suis également soulagée que sa souffrance ait pris fin, et je vais m’accrocher aux souvenirs quand je la voyais rouler malicieusement dans un panier et aussi ses grandes pattes avec de la neige entre les griffes.
Repose en paix Shanti . Que ton nouveau monde soit sans douleur, plein de soleil et de fleurs de pommiers. Merci pour le temps que tu nous as accordé. Je t'aimerai toujours.