Venez nous rencontrer...

Venez nous rencontrer...
Le 2 et 3 décembre au Docks du Sud

Festival de l'horreur de Yulin : les associations locales demandent aux sauveteurs de cesser d'acheter des chiens aux commerçants !



Jill Robinson, fondatrice d'Animals Asia, le répète inlassablement : en mettant un point final au festival de Yulin, on ne mettra pas fin à la consommation de viande de chien, mais la fin de la consommation de viande de chien achèvera Yulin !
Il faut que les médias s'intéressent à cette consommation un peu plus qu'une semaine par an !
Cette année, pour la deuxième fois, plus d'une centaine d'organismes de protection animale chinois demandent aux sauveteurs d'animaux de cesser d'acheter des chiens aux commerçants à Yulin durant le solstice d'été.

Leur raisonnement est clair: l'achat de chiens augmente les prix et les bénéfices pour les commerçants et il est difficile de suivre les chiens après l'événement . En outre, sans une planification appropriée, les chiens achetés peuvent finir par souffrir pendant plus longtemps parce qu'ils n'existent quasiment pas de refuges pour eux en Chine et aucune organisation propre à les accueillir.
Ces groupes travaillent toute l'année pour arrêter la consommation de viande de chien et grâce à leurs actions, les massacres de Yulin sont passés de 10 000 chiens à 1000 l'an dernier.
Nous devons rappeler au monde et aux médias que cette cruauté se produit toute l'année.
Au printemps de cette année, nous nous sommes retrouvés avec 150 représentants de groupes de protection des animaux, de 50 villes de Chine. Ce sont les héros chinois qui travaillent tous les jours pour offrir une meilleure vie aux chiens et aux chats.

Ils travaillent dans leurs propres communautés pour défendre les animaux. Beaucoup ont été impliqués dans des sauvetages pour chiens en fournissant des soins, en trouvant des maisons et en obtenant des fonds.
Il faut se méfier des "coups médiatiques" orchestrés par quelques uns qui agissent trois jours par an sur le terrain avant de retourner dans leur pays en laissant les groupes locaux et des ONG installées depuis 20 ans dans un désarroi plus grand encore.