Les ONG internationales de protection des animaux exhortent les sociétés internationales à mettre fin au rituel sanglant du "découpage du cochon" au Vietnam



Elles ont écrit à Samsung et à Canon pour leur demander d'utiliser leur influence économique pour forcer les gouvernements à agir. 

Des militants du bien-être des animaux exhortent des sociétés mondiales telles que Samsung et Canon à s'opposer fermement au terrible festival du Nouvel An au Vietnam, au cours duquel des porcs vivants sont ligotés et paradés dans les rues avant d'être coupés en deux à la machette. Les autorités provinciales vont autoriser le "festival du découpage des porcs Nem Thuong" dans la province de Bac Ninh le 10 février, malgré les condamnations d’organisations caritatives locales et internationales, ainsi que du gouvernement vietnamien du centre et du grand public du pays.   
La coalition Asia for Animals, composée de 18 groupes internationaux et asiatiques de protection des animaux, a écrit aux entreprises qui investissent le plus dans la province de Bac Ninh pour les exhorter à exercer des pressions économiques pour mettre fin à cette tradition sanglante. L’industrie est l’un des piliers de l’économie de Bac Ninh et de nombreuses multinationales investissent dans les nombreux parcs industriels de la province. Samsung et Canon sont deux des plus grands acteurs de Foxconn. PepsiCo et Nokia sont également présents.

Ce mois-ci, la capitale, Hanoï, a annoncé la mise en place d'une ligne téléphonique ouverte 24h / 24 permettant au grand public de signaler les festivals « offensants » ou «violents» du Nouvel An lunaire, ce qui pourrait exercer une pression accrue sur des événements malhonnêtes tels que le rituel du hachage du cochon Nem Thuong.
Le gouvernement vietnamien central a condamné ce spectacle sanglant. Le ministère de la Culture, du Sport et du Tourisme a promulgué en 2016 un règlement qui devrait mettre fin à tous les festivals « dépassés » et « non civilisés ». Jusqu'à présent, ce mandat a mis fin à de nombreux festivals de « poignardage de buffles » et de festivals de combat pour les buffles à travers le pays. Pourtant, le gouvernement provincial de Bac Ninh, qui a le pouvoir de mettre fin à l'extrême cruauté envers les animaux qui a lieu dans le village de Nem Thuong, est resté provocant et a permis au spectacle sanglant de continuer.
Les lettres de la coalition Asia for Animals, envoyées le 10 janvier, demandent à Samsung et à Canon de s’adresser au Comité populaire de Bac Ninh et au Département de la culture, du sport et du tourisme de Bac Ninh pour mettre fin au spectacle sanglant.
Phuong Tham, directeur du Humane Society International Vietnam, a déclaré : 
« La plupart des Vietnamiens ne souhaitent pas voir se dérouler ce type de spectacle sur la cruauté envers les animaux, en particulier les jeunes Vietnamiens qui partagent la même préoccupation pour le bien-être des animaux et estiment que la cruauté n’a pas sa place dans un Vietnam moderne. Le festival de la coupe du porc est brutal et inutile, soumettant les porcs à une épreuve terrifiante et à un massacre cruel. Notre message est clair : organisez un festival du Nouvel An, mais remplacez l'animal souffrant par un rituel sans cruauté que tout le monde peut apprécier. Ayons une nouvelle culture de compassion pour les animaux. "

La Stratégie mondiale de développement durable de Samsung affirme vouloir « assumer une responsabilité plus forte en tant que citoyen du monde pour créer des valeurs sociales », une revendication de Asia for Animals signifie qu'il est de la responsabilité de s'opposer au rituel cruel de la coupe du cochon Nem Thuong.
La coalition met également en exergue la philosophie de « Kiyose » de Canon Vietnam, selon laquelle « tous les peuples, sans distinction de race, de religion ou de culture, vivent et travaillent ensemble harmonieusement dans le futur ». Asia for Animals a appelé Canon Vietnam à étendre cette philosophie à tous les animaux non humains et à contribuer au développement de valeurs sociales positives profitant aux hommes et aux animaux.
À ce jour, aucune des deux entreprises n’a répondu aux lettres.