10 leçons que nous devons tous retenir du festival de YULIN 2016.

10 leçons que nous devons tous retenir du festival de YULIN 2016.
( Article traduit de l'anglais - publié ce jour sur le site de notre Fondation )




1. Mettre fin au Festival ne mettra pas fin à la consommation de viande de chiens, mais mettre fin à la consommation de viande de chiens mettra fin au festival.
Ces dernières années, le festival a diminué, passant d'environ 10.000 chiens abattus à environ un millier. La pression continue à réduire ce nombre, mais même un seul chien abattu est un chien de trop. 
Même si les autorités disent que ce n’est pas un festival officiel, c’est quand même un festival où se rassemblent des gens qui aiment manger de la viande de chiens.
Nous devons mettre fin à cette consommation. Il faut que la pression s’exerce toute l’année. Si les organismes internationaux et les médias ne portent leur attention que sur 2 semaines sur 52, cela ne changera pas à long terme.


2. C’est juste une culture / devenir végétarien / réglementer le commerce
Ces animaux sont arrachés à des familles en détresse. Ils sont souvent drogués ou empoisonnés puis entassés dans de minuscules cages surpeuplées aux côtés d'autres chiens malades et mourants. Ils sont ensuite cruellement abattus et mangés – non pas pour satisfaire un besoin vital de manger, mais pour des raisons festives ou superstitieuses. Cela arrive à 10 millions de chiens en Chine chaque année. C’est au-delà du supportable.
Pour mettre fin à cela nous avons besoin d'aide, l’ aide de tout le monde.


Mais souvent on nous dit ou nous lisons :


« C’est juste une culture différente », ou « devenez végétariens et sauvez tous les animaux », ou
« si le commerce était réglementé et si les chiens étaient été tués «humainement» ce serait bien.


La cruauté et la criminalité ne sont pas une culture. Maintenir cela est encore plus « culturellement" insensible que de reconnaître simplement le bien du mal.
Nous croyons que tout le monde devrait se diriger vers un mode de vie sans cruauté. Malheureusement, à court terme, on ne va pas à convaincre les commerçants de viande de chien ou les vendeurs d'être végétaliens.


"Devenez juste végétariens " est un bon conseil et un digne argument mais il ne va pas résoudre ce problème particulier. Nous avons besoin de tous ceux qui aiment et respectent les animaux.
Réglementer le commerce ne mettra pas un terme au vol de chiens. Le meurtre se poursuivra - derrière des portes closes - où la cruauté et la mort violente aura lieu jour après jour sans surveillance. La réglementation du commerce ruinerait les efforts de tous ceux qui dans d'autres pays d'Asie ont fait pression avec succès pour rendre illégale la consommation de viande de chiens, et discréditerait le travail des groupes locaux en Chine.


3. C’est plus sur la demande que sur l’offre
Malgré les nombreuses histoires de sauveteurs qui achètent des chiens aux commerçants, le commerce a baissé cette année en raison du manque de mangeurs de viande de chien, et non pas d’un manque de chiens à vendre. Malheureusement, il y a toujours autant de chiens qui sont volés à leurs propriétaires. .
Dans ce cas, pour mettre fin à la fête - et mettre fin à toute consommation de viande de chiens - nous avons besoin que les mangeurs de viande en perdent le goût. Déjà les gens commencent à percevoir ceci comme une tradition ancienne et cruelle, grâce à la sensibilisation des ONG locales et des médias. Les gens sont également préoccupés par les nombreux problèmes de santé associés à la viande de chien, ayant été mis au courant des poisons utilisés pour les tuer ainsi que les nombreuses maladies qu'ils véhiculent.
Nous devons continuer à parler de ce sujet. La vérité est que les gens arrêteront de manger des chiens avant qu’il y ait un manque de chiens à vendre.


4. Il se pourrait que les autorités n’arrêtent pas le festival, mais elles peuvent arrêter la consommation de viande de chiens
En mettant un frein au vol de chiens, en élaborant des documents de contrôle, en faisant appliquer la quarantaine, les autorités peuvent, et l’ont fait dans le passé, rendre la vie difficile à l'industrie de la viande de chien. Cela a déjà conduit à des sauvetages de chiens où les conducteurs de camions ont abandonné leur cargaison plutôt que de faire face aux conséquences d’avoir à expliquer ce transport illégal.
Les sauveteurs de chiens en Chine connaissent la loi et savent comment l'utiliser. Si les pressions continuent de toutes parts contre la consommation de viande de chiens, et si elle continue à devenir moins populaire le gouvernement a déjà sans doute tous les outils juridiques nécessaires pour y mettre fin. Si elles sentent que le moment est venu.


5. Lancer un débat avec des faits erronés et vous risquez de perdre - même si vous êtes du bon côté.
Les groupes de pression, les ONG et les médias ont à plusieurs reprises énoncé le chiffre de 10.000 chiens abattus à Yulin l’année dernière. Après, Il a été largement reconnu qu’ils étaient près de 1000. Vous ne pouvez pas avancer 10.000 avant le festival pour obtenir un soutien et dire ensuite 1000 pour affirmer un progrès - aussi tentant que cela puisse être.
Les mythes qui entourent Yulin sont nombreux. Ajoutez à cela quelques reporters sur le terrain et les informations venant d’ «experts» à l'étranger. Personne ne devrait essayer de gagner un débat moral fondé sur des mensonges. Ce faisant, vous risquez de porter atteinte à vos propres arguments.


6. Les ONG animales chinoises ont besoin d'une voix plus forte
Vous auriez eu du mal la semaine dernière à trouver une couverture internationale de Yulin citant une seule ONG chinoise. Les gens qui travaillent une semaine sur deux, les gens qui, si vous voulez bien nous excuser, ramassent les crottes des chiens qui sont sauvés par an , où sont leur voix ?
Ils ont besoin d'être entendus.
Un total de 81 ONG chinoises ont demandé des sauveteurs locaux et internationaux – afin de d'acheter des chiens aux commerçants mais cela a eu pour effet de créer plus de profits pour l'industrie de la viande de chien et plus d'animaux en souffriraient à long terme. Les abattoirs ne sont pas fermés - juste vidés de chiens - et sont probablement déjà remplis à nouveau La demande des ONG chinoises a résonné sur Facebook et Twitter, mais il n'a pas fait la Une des médias traditionnels. Pourquoi ?




7. Un animal n’est pas sauvé tant qu’il n’est pas rentré chez lui
Animals Asia a sauvé près de 600 ours et nous avons des sanctuaires en Chine et au Vietnam. Nous avons également donné des conseils pour sauver des chiens sachant que le travail ne commence qu'avec la prise de possession des chiens. Puis vient l'engagement et le coût.
Nous faisons une promesse à vie à nos ours et c'est ce que de nombreux sanctuaires de chiens font en Chine. S'ils ne peuvent pas leur trouver une maison, ils vont continuer à prendre soin d'eux et trouver en quelque sorte de l'argent pour le faire.
Prendre soin de l'ours peut être une responsabilité financière effrayante pour nous. Tout comme les soins pour les chiens l’est pour de nombreux refuges chinois et les ONG.

Malheureusement, année après année à Yulin, Il devient impossible de suivre les chiens sauvés en grand nombre. Beaucoup meurent dans les camions dans l'espoir de trouver leur sanctuaire. Malheureusement beaucoup de chiens tout simplement disparaissent une fois l'attention du public retombée. Si vous allez sauver les chiens, il vaut mieux avoir un plan, une maison ou un abri pour eux, un vétérinaire, une gestion des soins et un financement continus.


8. Personne ne sait vraiment combien de chiens sont tués et mangés à Yulin ou en Chine.
C’est une industrie criminelle sombre, non-transparente. C'est là le problème.
Le consensus semble suggérer que Yulin 2016 était légèrement inférieur à 2015 quand il a été largement reconnu - à l'époque - que 1000 chiens sont morts. Personne n’a compté. C’est juste un nombre que les gens maîtrisent. 
De même, les 10 millions de chiens consommés à travers la Chine sont basés sur des suppositions éclairées par des experts, mais ne peuvent pas être vérifiées.
Ceci est une industrie répugnante. Une industrie qui ne lésine pas pour maximiser les profits. Une industrie qui préfère être cruelle que perdre de l'argent. Une industrie non réglementée et encore non cartographiée. Elle existe et se développe dans l'ombre. De même , les chiens seront toujours volés, ce qui revient moins cher qu’un élevage.
Nous avons mis un coup de projecteur sur cette industrie depuis des années maintenant et ce que nous allons découvrir nous rend mal à l'aise et il est encourageant que des gens ordinaires se joignent à la lutte pour y mettre fin. La consommation de viande de chien ne peut plus être protégée en invoquant la « tradition ». Maintenant tout le monde sait que ce sont des pratiques cruelles et criminelles.


9. Les voleurs de chiens hantent encore les villes à travers l'Asie – le mal va bien au-delà des chiens
Regardez les tenailles en métal qu’a l’homme sur la photo .


Dans les villes à travers l'Asie si vous les voyez, vérifiez immédiatement où est votre chien. Ces cruels instruments leur permettent d’attraper les chiens et de les mettre de force dans des cages minuscules.
Nous continuons ce combat pour les chiens et pour les familles qui les aiment et les perdent. Il n'y a pas que les animaux qui subissent un traitement injuste – les amoureux des animaux aussi.


10. Le Festival Yulin est un énorme commerce et si nous ne sommes pas prudents – cela pourrait le sauver !!
Nos collègues qui ont surveillé le festival de Yulin ont dû payer une prime pour leur chambre d'hôtel. Les hôtels étaient pleins de médias, de travailleurs des ONG et de militants. Les enseignes des marchands de chiens affichaient des prix en hausse. En outre, des prix gonflés ont été donnés à ceux qui voulaient sauver les chiens en les achetant. Tant que Yulin sera une grande entreprise, le festival continuera.
Comme les ONG chinoises le sous entendaient cette semaine – « si vous voulez sauver les chiens en les achetant des commerçants de viande – achetez-les partout, mais pas à Yulin ». Vous sauverez plus de chiens pour le même prix. Vous n’encouragerez pas ce commerce de Yulin où le même commerçant pourrait revenir l’année prochaine car il a fait un bon profit. 
Mieux encore – fournissez- leur un" foyer pour toujours" dans un refuge chinois pour chiens.
Les organismes de bienfaisance doivent être plus intelligents à ce sujet. L’argent donné doit l’être loin de Yulin pour obtenir de courtes victoires à long terme. Pour aider, les donateurs doivent donner à des programmes à long terme pour mettre fin à cette cruauté une fois pour toutes. De tels programmes sont en cours d'exécution en Chine depuis des années - aider les autorités dans plusieurs villes pour qu’il y ait des changements radicaux et efficaces dans la propriété et la gestion des chiens.
Alors que manger du chien ne se terminera pas du jour au lendemain, c’est à présent un sujet discuté ouvertement - et c’est seulement dans le cadre d'un programme interne qu’on pourra y mettre fin une fois pour toutes.