Des gouvernements collaborent pour mettre fin au commerce illégal de chiens

Article du 5 mars 2014 : Des gouvernements collaborent pour mettre fin au commerce illégal de chiens



Des responsables de Thaïlande, du Cambodge, du Laos et du Vietnam ont convenu de collaborer pour mettre un terme d’ici 2020 au commerce inhumain de chiens pour leur viande Les gouvernements ont mis au point des plans de collaboration transfrontalière dans des zones près de la frontière entre le Vietnam et le Laos et entre la Thaïlande et le Laos.
Ils veulent mettre en œuvre des programmes pilotes pour éliminer la rage et gérer les populations canines dans ces régions ce qui pourra ensuite être reproduit à l’échelle nationale. En outre, les responsables du Laos se sont engagés à mettre en œuvre une directive visant à renforcer le contrôle des chiens aux frontières.
C’est la deuxième réunion de ce type entre des représentants de ces gouvernements et des experts en santé humaine et animale. Le but étant de renforcer les efforts de collaboration afin de lutter contre la rage et contre le commerce illégal de chiens destinés à la consommation humaine.
Ce commerce est responsable du massacre de 5 millions de chiens par an. La Thaïlande, le Cambodge et le Laos fournissent en chiens le commerce vietnamien et au Vietnam, les chiens sont abattus et consommés sur place. Ce commerce viole les mesures nationales de prévention des maladies animales et enfreignent les recommandations pour le contrôle et l’élimination de la rage.
Lola Webber, chef des programmes de la Fondation « Change For Animals » précise : « Le commerce de viande de chiens compromet les efforts d’élimination de la rage dans la région. Beaucoup de chiens sont porteurs de maladies mortelles, comme la rage, et les conditions de transport accroissent les risques de contagion. »
Kelly O ‘ Meara directrice de la « Humane Society International » ajoute : « Les chiens d’origine inconnue, dont beaucoup sont des animaux de compagnie, sont volés dans les rues et transportés sans eau ni nourriture, sur de longues distances d’un pays à l’autre. Nous félicitons les gouvernements de la région de vouloir mettre un terme à ce commerce cruel et inhumain de vente de chiens. L’augmentation de la rage est un sujet de préoccupation qui grandit. Le département vietnamien de la santé animale a déjà fait des progrès significatifs dans la lutte contre le commerce de viande de chiens à travers l’adoption d’une nouvelle directive ordonnant aux Autorités provinciales de sévir contre le trafic illégal de chiens ».